[Intervew]Gilles Azzaro: »…J’ai mis au point un procédé technologique qui me permet de mettre en trois dimensions des enregistrements audios »

 gilles_posterQui est Gilles Azzaro?

… Je suis un artiste numérique mais surtout sculpteur de voix. J’ai mis au point un procédé technologique qui me permet de mettre en trois dimensions des enregistrements audio et de les matérialiser par impression 3D.

Quel rapport faite vous entre la musique et l’impression 3D ?

Faire de la musique, c’est faire vibrer des sons mais qui n’est ni visible ni tangible… Pour moi, chaque enregistrement audio possède sa forme visuelle unique. On peut ressentir la musique mais on ne peut pas la toucher.

Qu’est ce qui vous a poussé à imprimer la voix d’OBAMA?

…Obama s’est investi beaucoup plus dans le domaine des nouvelles technologies, notamment dans les FabLabs et tout récemment il a exhorté le congrès américain à créer 15 nouveaux FabLabs aux Etats Unis afin de positionner son pays à l’avant-garde de la prochaine révolution industrielle qui s’annonce.

Est-ce que vous auriez des projets dans le futur en Afrique ?

Tout-à-fait. A ce sujet, j’ai rencontré le fondateur du WoeLab, le FabLab du Togo, et nous avons un projet commun de matérialiser le « milawoe looo, mila woe.. » le chant des mamans du quartier de Djidjolé et tous les membres du Woelab. Le « Milawoe looo , milawoeaa… » qui veut dire littéralement en langue Mina (parlée au Togo), Ewe (parlé au Togo au Bénin et au Ghana) et en Fon «Ensembles nous le ferons… » Symbolise et prophétise le travail collaboratif que prône la communauté WoeLab.

 Gilles_azzaro-printer

Sélectionné pour le 3D Printshow de New York du 13 au 15 Février 2014, Gilles Azzaro lance une mobilisation de fonds sur Kisskissbankbank pour aller présenter son projet aux Etats Unis et présenter à Barack Obama en personne la sculpture de sa voix imprimée en 3D. Vous pouvez soutenir le projet en cliquant sur ce lien ici (kisskissbankbank)

Site web : www.gillesazzaro.com

 

 

 

L’Afrique représentée au 3DPRINTSHOW à New-York du 13 au 15 Février 2014

La W.Afate au 3DPrintshow

Le 3DPRINTSHOW Offre pour son édition de New York, un espace à WoeLab et à son projet d’imprimante 3D W.Afate. Ce sera probablement la seule visibilité pour l’Afrique sur cet évènement international, le plus grand dédié aux technologies de l’impression 3D.

Destinée à promouvoir les développements récents et les plus innovants de l’impression 3D, la nouvelle édition de 3D Printshow (qui jusqu’alors n’avait lieu qu’à Londres et à Paris) annonce sa venue à New-york du 13 au 15 Février 2014  au Metropolitan Pavilion. Des démonstrations, des séminaires et des ateliers présenteront différentes réalisations dans différents domaines dont celui de l’impression 3D.

Des techniciens, des ingénieurs de pointe et des artistes de tous horizons seront présents pour partager leur réalisation et leur savoir. Une trentaine d’exposants parmi les plus influents (3D Avenir, Europac, Kidart 3D, Sculpteo…) et importants dans ce domaine seront présents.

Le WoeLab souhaite faire de cette opportunité l’occasion d’une connexion WoeLab – diaspora togolaise aux USA et au dela la diaspora entrepreneurship africaine dans son ensemble et les initiatives tech en Afrique.

Rejoignez la communauté de soutien de  W.Afate at the 3DPrintShow New York

Bientôt l’impression 3D au service de la médecine au Togo

Table ronde impression 3D et applications médicales en Afrique

Le 27 Décembre 2013, Lomé la capitale togolaise a servi de cadre à la première table ronde dédiée à l »impression 3D dans le domaine médical. A l’initiative du WoeLab, cette rencontre a réuni d’éminents professionnels du domaine de la santé au Togo autour du thème: « Impression 3D et applications médicales en Afrique « .

C’était l’occasion donnée aux spécialistes du domaine de la santé au Togo et  de l’impression 3D de pouvoir échanger sur les valeurs ajoutées de l’impression en 3 dimensions dans le domaine sanitaire. Le but était de dégager des démarches pour débuter une mise en application à court terme de la technologie 3D print au service de la production sur place de pièces d’utilité médicale, de grande qualité et accessibles à la population.

A la fin du Bootcamp, l’élite médicale togolaise présente à la rencontre s’est montrée plus que jamais décidée à développer et à mettre en avant l’usage de cette technologie révolutionnaire dans le domaine médical au Togo. C’est dans cet ordre d’idée qu’un comité de réflexion est prévu pour l’effectivité des recommandations issues des réflexions.

Pour votre petite information, j’ai siégé dans ce panel de discussions en tant que Directeur Exécutif du Woelab ; une véritable valeur ajoutée à ma petite expérience d’étudiant en Biologie Animale et passionné des nouvelles technologies.

l’impression 3D révolutionne le secteur de la santé

L’imprimante 3D sera probablement à l’origine de la prochaine révolution industrielle!

L’imprimante 3D n’en finit plus de faire parler d’elle. Armes à feu, organes, vêtements, voitures ou encore aliments,  même la voix, tous ces éléments peuvent être imprimés en 3D.

Obama recommandait lors de son dernier discours sur l’État de l’Union, la création de 3  Centres d’impression 3D (seulement) pour que les USA soit à l’avant garde de cette prochaine révolution numérique. Alors imaginez qu’une communauté de Fablab de quartier de Lomé se propose à travers le projet africa CYBER -3D.Print-Cafés, d’équiper tous les cybers-cafés d’Afrique de la W.Afate 3D printer et par delà, initier les populations à ce nouveau type de service. Les internautes apprendront le téléchargement et l’impression en 3D. Voici mon article à ce sujet

L’impression 3D à l’origine de la révolution en médecine

La médecine n’est certes pas le secteur où l’impression 3D est le plus grand public. Et pourtant, c’est probablement celui où l’humanité a le plus de bénéfices à retirer de cette nouvelle technologie. Et à de nombreux niveaux ! Les imprimantes 3D permettant de créer des objets uniques sans avoir besoin de moules et surtout sur-mesure, elles peuvent être utiles pour s’adapter à chaque personne et donc pour permettre à la médecine moderne de résoudre les problèmes de chacun avec des méthodes personnalisées.

 Quelques exemples pratiques 

© Oxford Performance Materials

© Oxford Performance Materials

Tout récemment une entreprise  a réalisé une prothèse à partir de la modélisation 3D du crâne d’un patient pour proposer un ajustement parfait permettant une cicatrisation plus rapide et une assimilation directe par le corps humain. Fabriquée en Polyéther cétone cétone (PEEK), cette prothèse se révèle plus adaptée que les modèles en alliages métalliques parce qu’elle est plus proche de l’os humain en termes de densité et de rigidité.

Une momie imprimée en 3D

Des futures médecins chirurgiens s’entraînent pour une opération de pause de plusieurs implants.
Il s’agit de répliques en résine fabriqués par une imprimante 3D identiques à celui du patient.

 

Un père, inspiré par une vidéo montrant une main robotique imprimée en 3D par Robohand, décide de fabriquer à son fils handicapé de naissance une prothèse grâce à un imprimante 3D…

 

Une première table ronde sur  » Impression 3D et Application médicale en Afrique »

A Lomé, dans la capitale togolaise, une Table ronde est prévue le 27 Décembre 2013 sur le thème  » Impression 3D et Application médicale en Afrique ». Cet événement sera l’occasion d’exposer aux professionnels le potentiel, les avantages et la nécessité de l’imprimante 3D pour les besoins médicaux (impression d’outils, prothèses, implants, chirurgie…), de présenter les tests pratiques déjà effectués au Woelab et de recueillir des informations ainsi que des recommandations de la part des acteurs et professionnels de la santé en vue de définir un programme de travail pour la réalisation des différentes propositions qui seront faite avec la

L’objectif de cette première rencontre sur cette thématique en Afrique et probablement dans le monde entier est selon les organisateurs, de rassembler les professionnels de la santé et du secteur technologique pour examiner les enjeux et les possibilités de la 3D print sur le développement de la santé en vu de dégager des démarches pour débuter une mise en application à court terme de la technologie 3D print au service de la production sur place de pièces d’utilité médicale, de grande qualité et accessibles à la population.

la W.Afate 3D Printer | La prochaine révolution industrielle pourrait-être « Made in Africa » !

Le Président américain Barack Obama lors de son dernier discours sur l’État de l’Union a fait part belle aux nouvelles technologies et a mis en avant la création de centres d’impression 3D, susceptibles de dynamiser et de créer des emplois. De ce fait il a donné ces lettres de noblesse aux technologies d’impression 3D, qui ont selon lui  » …le potentiel de révolutionner la façon dont nous fabriquons presque tout » et a demandé au congrès de créer un réseau d ‘une quinzaine de centres et de garantir que la prochaine révolution industrielle sera Made in America « 

Il fera bientôt 1 an que la communauté du Woelab s’est lancé dans la fabrication d’une imprimante 3D qu’elle a nommé la W.Afate, du prénom de l’initiateur de ce projet Afate Gnikou et du W. tiré du Woelab le tout premier fablab au Togo, le fablab où le projet est incubé.

l’initiative Wafate est un projet de fabrication d’une imprimante 3D entièrement en matériaux informatiques récyclés. Ce projet est la première contribution de l’Afrique à la grande aventure de l’impression 3D. C’est un projet de démocratique technologique dans le sens où elle ambitionne de « mettre tout le monde au même pied d’égalité par rapport à cette technologie de l’impression 3D. Demain on imagine que des communautés du monde entier pourront se lancer elles aussi dans leur projet de fabrication d’imprimante sans attendre forcément qu’on leur envoie un kit d’occident en se basant sur ce qu’ils ont sous la main ».

« africa CYBER-3D.Printer-Cafés ! » Une des visions de la W.Afate »

Voici comment Afate et sa communauté envisagent de doubler Obama en créer les conditions pour que la «prochaine révolution industrielle » soit localisée en Afrique. Aux 15 centres réclamés par le président américain pour son pays, le jeune woe-entrepreneur oppose un vaste programme qui transformerait tous les cybercafés africains en espace d’impression. Le projet vise à penser un système de fourniture d’imprimantes et de la prestation « 3D-print  » à ces cybers qui pullulent sur le continent. Par de là, initier la masse à ce nouveau type de service. Les internautes apprendront le téléchargement et l’impression en 3D sans attendre forcément la grâce d’un FabLab. Ces cybercafé se rendront compte qu’au lieu d’envoyer leurs vielles machines à la casse, ils pourront les transformer en de toutes autres plus révolutionnaire et certainement plus révolutionnaires et certainement plus attrayante que jamais.

« Nous vous proposons d’envoyer vos déchets sur Mars ! » 

Une autre vision développée autour la W.Afate a même séduit la NASA ! Ce programme écolo-aérospatial propose de fournir les moyens aux pays occidentaux d’expédier leurs déchets informatiques sur Mars, plutôt que de les envoyer dans les pays pauvres. L’imprimante 3D Wafate devrait être la pionnière d’une série de machines fabriquées à partir de rebuts électroniques recyclés. L’idée est de faire de Mars un centre de traitement et de recyclage de déchets, producteur de machines semi-autonomes pionniers de l’exploration. Cette utopie a remporté la première place à Paris au cours du International Space Apps Challenge, un concours lancé par la NASA  les 20 et 21 Mars dernier.

Wafate to Mars

Cliquer sur l’image pour voir le scénario

Le prototype l’imprimante 3D W.Afate toujours en cours de finalisation ; semble très prometteur. Cette machine sera, selon les concepteurs, un projet open-source, mais cela ne les empêchera pas de la commercialiser. Quant à ce qui concernant son prix de commercialisation, les concepteurs ne se sont pas encore prononcés, même si certains médias semblent le faire à leur place en avançant le coût très présomptueux de 100S (On aimerait y croire mais quand on sait que l’électronique avec laquelle marche cette machine seule vaut plus de 100S, on se dit que la promesse ne pourra pas être aussi belle ; même la W.Afate devrait –être une des imprimantes les moins chère au monde). En tout cas, pour la communauté WoeLab; l’essentiel n’est pas dans le coût de cette machine mais en tout symbole qu’incarne sa miraculeuse et vertueuse invention.
Une invention qui permet pour sûr à l’Afrique de prendre une sérieuse option sur cette prochaine révolution industrielle prophétisée par le Président Obama.